J’ai redoublé et alors ?

Août 4, 2019 | Lifestyle | 0 commentaires

Vous le savez peut-être (ou non), mais j’ai redoublé ma deuxième année de licence en sciences de la vie et de la terre. Et alors, tu vas me dire ? Pourquoi nous dire ça ? Il y a énormément de préjugés sur le redoublement. On peut penser des choses sur les personnes qui redoublent. Et surtout on a tendance à se dénigrer, à se sentir nul, pas intelligent… Après cette année de redoublement, j’ai décidé de vous donner mon ressenti au moment que j’ai su que je devais doubler. Mais aussi mon ressenti pendant et maintenant avec le recul, qu’est-ce que cela m’a apporté. A la toute fin de l’article, il y aura également des témoignages de quelques personnes qui ont redoublé. Si toi aussi tu vas redoubler ton année, peut-être que cet article pourra te servir, en tout cas je l’espère ! 😉

LE CONTEXTE

Lors de mes partiels de second année en licence de sciences en mai 2018, j’étais déjà septique au fait d’avoir mon année. Les résultats tombent, je peux encore sauver les meubles, j’étais à 9.5 de moyenne à l’année. Les rattrapages arrivent et là, les inquiétudes montent. Je dois réviser pour les rattrapages sachant que j’avais commencé mon job d’été avec un contrat à 38h par semaine. Difficile donc de réviser après une bonne journée de travail, sachant qu’il fait beau et chaud, que tout le monde est dans la piscine à s’amuser ^^ Tant bien que mal, j’ai essayé de réviser mais je vous avoue que pour moi c’était voué à l’échec. Les résultats tombent, mes notes aux rattrapages sont pires que celles des partiels ^^

Me revoilà donc reparti en septembre 2018 à refaire ma L2 !

MON RESSENTI LORS DU VERDICT

Quand j’ai vu noir sur blanc que j’allais redoubler, j’ai d’abord ressenti de la déception. J’ai eu l’impression d’être une incapable car depuis la L1 j’avais des notes justes et j’avais déjà été aux rattrapages la première année. Ensuite je me suis reprise, je me suis dit que c’était un mal pour un bien. Mais j’ai également ressenti un peu de rage. Car l’année que je devais redoubler n’était pas très utile pour mon futur métier (professeur des écoles) et les matières ne m’emballaient pas à 100%.

MON APPRÉHENSION

Pour ceux qui ont redoublé, je ne sais pas si vous avez ressenti ça, mais j’ai eu un peu peur au fait de redoubler. Peur de m’ennuyer, car j’ai déjà les cours et ce ne sont pas des matières qui me passionnent énormément. Mais aussi, peur (surtout) de moins bien faire, que mes résultats ne soient pas meilleurs.

REMISE EN QUESTION

Un des avantages du redoublement, c’est que cela m’a permis de prendre du recul. Je me suis remise en question sur ma méthode de travail. Je me suis remémoré comment j’ai révisé et je me suis demandé pourquoi ça n’a pas fonctionné, ce qui fallait que je change etc.

RÉSULTATS DU PREMIER SEMESTRE

Pendant l’été, j’ai eu le temps de réfléchir et de penser à cette année de doublement. Septembre arrive, je suis au taquet, prête à tout donner ! Je ne pensais pas que ça me motiverait autant, mais j’étais pleine d’ambition et de détermination ! Je n’ai rien lâché dans ma nouvelle méthode de travail dont je vous parlerais bientôt dans un article 😉 Aucun retard dans mon travail et j’ai pu réviser sereinement pour mes partiels. Je vous ai d’ailleurs écrit un article sur ce sujet, où je vous donne quelques astuces pour réviser efficacement et sereinement ! Je passe mes épreuves plutôt tranquillement, sans grandes difficultés puis je savais à quoi m’attendre. Ça ne m’a pas empêché d’attendre les résultats avec du stress. Ee ne savais pas si mon travail allait porter ses fruits. Puis comme je l’ai dit plus haut, depuis que je suis à la fac, j’ai toujours eu mes partiels de justesse donc pour moi c’était impossible d’avoir entre 11 et 12 de moyenne même si c’était mon objectif.

Vous voulez maintenant savoir, ce qu’a donné ce travail acharné au premier semestre ? Grosse surprise et gros soulagement, j’ai eu mon semestre avec 11,5 de moyenne ! Je ne pensais pas que c’était possible et j’étais trop fière ! Surtout que je me suis retrouvée avec de bonnes notes à des épreuves que je déteste ! Donc me voilà repartie au second semestre plus déterminée que jamais ! Et surtout avec de l’avance, +2 points par rapport à l’année dernière où j’avais eu 9.5 au premier semestre.

RÉSULTATS DU SECOND SEMESTRE

Début du second semestre, j’étais plus sereine étant donné que ma méthode de travail a fonctionné. Après, j’ai quand même eu du stress car cette deuxième partie de l’année comprenait plus de par cœur, de notions et vocabulaires à savoir sur le bout des doigts. Et je me suis également retrouvée avec une nouvelle matière que je n’avais pas l’année d’avant. Pour certaines matières qui étaient compliquées, j’ai repris ma prise de note à zéro donc plus de boulot qu’au premier semestre.

Nous avons eu des matières anticipées où j’ai eu d’excellentes notes ce qui m’a rassurée pour les partiels. Les épreuves arrivent, je les passe mais dans ma tête les notes ne seraient pas ouf. Les résultats tombent, les partiels bof mais grâces aux épreuves anticipées, j’ai également 11.5 de moyenne ! Trop contente, j’ai mon année avec 11.5 de moyenne, c’est-à-dire avec deux points de plus que l’année dernière ! Pour la première fois en 3 ans de fac, pas de rattrapages ^^

le redoublement

Qu’est-ce que le redoublement m’a apporté ?

Comme vous avez pu le lire, refaire une L2 m’a réussi, j’ai pu valider mon année haut la main et avec beaucoup moins de stress. Voici une petite liste de ce que le redoublement m’a apporté.

UNE REMISE EN QUESTION

Au début, on est un peu dépité au fait de redoubler. Au final, on se dit que si c’est arrivé c’est qu’il y a une bonne raison et ça nous permet de se remettre en question. Pour certaines personnes, ça leur permet de se dire que ce n’est pas la bonne filière et pour d’autres ça confirme que c’est ce qu’ils veulent mais qu’ils doivent remettre en cause leur méthode de travail, ce qui était mon cas.

LA CONFIANCE EN SOI

Les deux premières années d’université, je ne me sentais pas trop à ma place. J’avais l’impression de ne pas être intelligente par rapport aux autres qui avaient de meilleures notes. Et là en redoublant, j’ai changé ma méthode de travail, j’ai travaillé dur et les résultats ont payé. J’ai réussi à avoir de bonnes notes, parfois de très bonnes notes et finalement je me suis rendu compte que j’avais ma place. Et surtout j’ai pu réaliser que j’en étais capable. Je suis reboosté comme jamais pour l’année prochaine et pour la première fois, je peux dire que j’ai confiance en moi !

DE MEILLEURES NOTES

Comme je viens de le dire, le redoublement m’a apporté de meilleures notes et c’est un peu le but premier quand on refait une année. Et qui dit de meilleures notes, dit meilleur dossier pour le master !

DES CONNAISSANCES

Quand tu es à la fac, c’est un peu du bourrage de crâne. Tu essayes d’emmagasiner un maximum d’informations pour les examens. Et parfois tu ne cherches pas forcément à tout comprendre, car tu n’as pas le temps. Puis une fois les épreuves finies, hop tu as oublié. Alors que là, j’ai pu écouter beaucoup plus les cours étant donné que j’avais déjà les prises de notes. J’ai pu comprendre beaucoup plus facilement certaines notions et ça aide énormément dans l’apprentissage des cours et pour les travaux pratiques.

le redoublement

DU REPOS

Si l’année que tu redoubles tu n’as rien fait en cours, ça ne vas pas être du repos pour toi. Mais si tu as déjà bien pris tes cours et que tu as validé déjà quelques matières, cette année-là sera un peu plus de repos. Tu vas avoir plus de temps libre et tu vas passer moins de temps à reprendre tes cours. Tu as également moins de stress étant donné que tu sais ce qu’il t’attend.

DES RENCONTRES

Dernier point qui n’est pas des plus déplaisants, c’est que ça permet de faire du renouveau dans ta vie sociale. Tu vas être avec de nouvelles personnes et ça fait du bien de voir de nouvelles têtes je trouve.

Quel a été l’impact du redoublement sur vous ?

Sur les réseaux sociaux, j’ai demandé quelques témoignages de personnes qui ont redoublé. Chaque personne réagit différemment à cette nouvelle. Et surtout, nous ne redoublons pas tous la même année, nous n’avons donc pas le même recul et la même maturité.

« Quand j’ai su que je redoublais, ça ne m’a pas surprise, car je n’avais pas de bonnes notes. En CM1, ça ne m’a rien fait. En 5ème, ça m’a permis de prendre conscience qu’il fallait que je change de comportement. Que ce n’était pas comme ça que j’allais avancer correctement dans la vie. Ça été une bonne chose pour moi et je n’ai jamais eu honte de redoubler. A aucun moment, je ne me suis sentie nulle. C’est juste que je ne travaillais pas assez et que je faisais ma rebelle au collège. Et je suis très heureuse de m’être prise en main toute seule. Je n’avais pas le choix. Personne ne l’aurait fait à ma place ou m’aurait boosté à le faire. »

« J’ai redoublé la première année commune aux études de santé. Mais avant d’entrer à la fac, je m’étais mis dans la tête que pour obtenir le concours, je pouvais mettre une ou deux années. Vu mon niveau au lycée, je m’étais mis dans la tête que la probabilité que je valide la première année du premier coup serait juste. Donc quand j’ai su que j’allais redoubler, je n’ai pas pris ça comme une fatalité, mais comme une seconde chance. En tant que redoublante, tu te mets une pression car tu n’as plus le droit à l’échec et tu n’as pas non plus envie de décevoir tes proches. Je conseille vivement de prendre avec du recul le redoublement et mettre toutes ses chances de son côté. Et ce n’est jamais une année de perdue comme on pourrait le penser. Cela permet de repartir sur de bons pieds l’année suivante ! »

« J’ai redoublé la petite section après avoir fait une pré petite section. Je me souviens de la tristesse et de la colère que j’ai eu dans le bureau de la directrice. Je croyais que c’était pour les nuls de redoubler. Mais elle voulait que je redouble pour que je n’aie pas un âge trop différent avec les autres seulement. Maintenant, je me rends compte que c’était sûrement très bien pour moi et j’ai rassuré des amies qui devaient redoubler, et même ma sœur qui veut redoubler dans l’enseignement supérieur. Il faut démonter cette idée de redoubler le bac ou autre filière ce n’est pas pour les nuls et ce n’est pas une mauvaise idée. »

« Le redoublement m’a permis de récupérer une autre filière qui me correspondait mieux dans le cas d’une licence. Au final, j’ai kiffé ! Ça m’a reboosté et rassurée vu que c’était la voie qui me correspondait le mieux. Puis pour mon dossier, au niveau des notes, c’était bien plus intéressant vu que j’avais davantage de facilité dans cette nouvelle filière. »

« Pour moi, redoubler m’a permit de souffler et de réfléchir à mon orientation. »

« J’étais dégouté d’apprendre que je redoublais la terminale S car louper le bac à un point ça fait chier ^^. J’ai voulu changer d’option, mais ce n’était pas possible. En redoublant, j’ai par contre su, qu’après le bac, je pourrais m’orienter vers de la comptabilité. Côté impact sur la vie, ça a tout changé pour moi. En redoublant, j’ai perdu de vue beaucoup de personnes qui sont parties à la fac mais cela m’a permis de rencontrer d’autres personnes dont mon copain. Sur le moment, effectivement, j’étais dégoutée mais au final j’ai passé une très bonne année de redoublement et les évènements qui en découlent sont plutôt positifs aussi. »

Si tu redoubles, j’espère que cet article t’aura donné un coup de boost, car finalement ce n’est pas grand chose et ça permet de repartir sur le bon pied ! Et si tu as déjà redoublé, n’hésite pas à me donner ton ressenti en commentaire 😉

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *